Logo EPFL
Votre titre
Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Votre sous-titre
français | french only     Place centrale > Presse & information > Polyrama
Science, fiction et drôles d'histoires
Notre humanité se trouve aujour-d’hui face à des enjeux d’une complexité sans précédent, face à des choix cruciaux qui engagent son avenir et sa survie dans un monde qui, pour nous, comme l’a si bien décrit Albert Jacquard, a définitivement perdu l’innocence de l’infini. C’est pourquoi, désormais poussées aux «dernières frontières», agrippées sur le dos de tous les catastrophismes si fortement en vogue de nos jours, les lignes de démarcation iront s’épuisant dans le non-sens.
Mais c’est quand le blanc et le noir se réinventent dans toutes les nuances de gris qu’apparaît mieux ce qui rap-proche. Les murs tombent. De nouvelles pistes s’ébauchent. Une place revient à l’espérance et à la signifiance.
Alors, quand la littérature pénètre dans les laboratoires de la science et quand de futurs chercheurs entrent pour la première fois dans un atelier d’écriture, que se passe-t-il? Quand la science devient théâtre, quand la fiction s’empare de la méthode expérimentale de la science, que produisent tous ces effets de miroir? Un choc? Une surprise? Une attente? Une reconnaissance? Souhaitons un florilège de réponses.
La vulgarisation scientifique se voulait d’abord traduction, médiation entre ceux qui savent et ceux qui ignorent, soucieuse d’apprivoiser une langue qui ne laisse personne en exil du savoir. Polyrama a souhaité donner à cette définition un sens plus ample. A la traduction a été préférée la création sans laquelle il n’est ni science, ni fiction. C’est pourquoi, dans ce numéro, la parole revient avant tout aux auteurs. Aux écrivains que nous remercions d’avoir accueilli notre projet à bras ouverts, mais non sans appréhension. Aux jeunes ingénieurs et chercheurs qui ont eu envie d’exposer des repères familiers à l’expérience inédite du récit de fiction.
Dans ces champs d’écriture se croisent les figures imaginaires et réelles de la science, déclinées du plus sombre au plus lumineux.
Mais dans des histoires de mots, il faut bien choisir le dernier. Dédions-le à ces professeurs et à ces assistants qui ont mis leur passion au service de cette belle rencontre avec la littérature: «Mais qu’est-ce que la science sinon de la poésie?»
Et si vous croyez qu’il s’agit d’une citation d’écrivain, vous avez tort…




Sommaire:
Yeux ouverts
Derrière ma caméra...
Giuseppe Melillo et Fernando Costa

Editorial
Science sans conscience, science
sans confiance

Claude Comina



Dossier
La science e(s)t fiction
Jean-Marc Lévy-Leblond

La physique de l’amour
et l’amour de la physique

Michel Layaz

L’accès au savoir ou brève histoire
d’une quête sans fin

Barbara Fournier

Le système de navigation du rat
dans la tête du robot

Jacques-Etienne Bovard

Plaidoyer bien réel pour un café des sciences
virtuel

Entretien avec Michel Testaz

Espace total et liberté de communiquer
Anne Cuneo

L’invention des sciences modernes
ou quand la fiction, c’est les autres

Entretien avec Isabelle Stengers

L’homme qui murmure à l’oreille des nuages
Daniel de Roulet

La sixième nouvelle
(Animation flash)
Fernando Costa

Récit, science et fiction, l’invitation aux voyages extraordinaires
Barbara Fournier

Grand et petit
Yves Laplace

Trop de boussoles pour les explorateurs du savoir?
Pascal Vermot

Chercheurs et écrivains dans la machine
à remonter l’imaginaire

Charlotte Jourdain

Astrocytement vôtre
Anne-Lise Grobéty

Péril en la demeure
Fulvio Caccia


Grand Angle
Les robots entrent en scène
dans le théâtre des hommes

Pascal Vermot


Plan rapproché
Jan-Anders Månson l’entreprenant
Florence Luy


Objectif savoir
Surdités humaines: part d’hérédité
et avancée génétique

Christine Petit


L’EPFL en brèves
Grégoire Jotterand

La connaissance en pentes douces
Barbara Fournier

©2005 EPFL, 1015 Lausanne, tél. 021 693 22 22, mediacom@epfl.ch
mise à jour: 05 janvier 2005